Innovation. Quand l’armée lutte contre le sous-développement

À travers son investissement dans la construction des infrastructures, les Forces de Défense via le génie militaire, se positionnent désormais en acteur de développement.

Olivier Bokale

Une armée professionnelle. Tel est l’idéal poursuivi par les Forces de Défense camerounaises. Cette démarche inspirée par le Président de la République Paul Biya, Chef suprême des armées, est d’ailleurs reconnue par les communautés nationale et internationale qui louent ses états de service, en matière de sécurité et de protection de l’intégrité territoriale du Cameroun. Notamment, dans la lutte contre Boko Haram. Seulement, le déploiement des Forces de Défenses ne se limite pas aux seules victoires de la puissance de feu au front. En dehors des champs de guerre, l’armée a investi le terrain du développement des infrastructures et de la modernisation. Ce combat est principalement porté par le Génie Militaire dont la devise « Défendre et construire », conforte dans une stature de bras agissant des Forces de Défenses camerounaises en ce qui concerne l’amélioration du milieu de vie des populations.

On ne le dira jamais assez, le Cameroun doit bon nombre de ses infrastructures au Génie Militaire. Partant des années ‘70, on peut citer: les axes Bikoka-Lolodorf, Bafang-Yabassi, Mintom-Alati-Balam, Djoum-Sangmelima, Nkolbisson-Yaoundé, Nkolbisson-Zamengoe, Sa’a-Koro, Lamoudan-Lagdo, Ngam-Kombo Laka avec un pont. Les parcours Vita de Yaoundé, Douala et Bamenda ne sont pas en reste. Mais ce n’est pas tout. Depuis 2016, ce sont près de 100 chantiers que le Génie Militaire gère sur l’étendue du territoire camerounais. Récemment encore, l’apport du génie militaire a été déterminant dans la péninsule de Bakassi. A travers la route Mundemba – Akwa (75 km de route en terre réalisés dans le département du Ndian), la construction ou la réhabilitation de structures de santé ou encore l’aménagement d’adductions d’eau, cette unité militaire a fortement contribué au développement de la zone de Bakassi.

Actuellement sur le terrain, cette unité spécialisée dans les questions logistiques, est d’attaque sur plusieurs chantiers. Dans la région de l’Extrême-Nord par exemple, le Génie militaire est à pied d’œuvre pour la construction de 121 salles de classe, 14 blocs de administratifs, 28 blocs latrines et 15 forages pour un montant de 1,7 milliard FCFA. C’est également le Génie Militaire qui assure désormais la construction de la route Mora-Dabanga-Kousséri. Financée par la Banque mondiale, à hauteur d’environ 70 milliards FCFA, il s’agit d’un axe stratégique dans les échanges commerciaux entre le Cameroun, le Nigeria et le Tchad.

Avec un certain succès dû à son matériel de pointe et à une expertise avérée de ces hommes, cette composante de l’armée marque par une forte présence le projet d’émergence du Cameroun, selon la vision du Président de la République, Paul Biya. C’est ainsi que le Chef de l’Etat a donné son « habilitation spéciale » pour que le Génie Militaire travaille en toute confiance avec d’autres entreprises nationales de son segment de compétence. Une collaboration formalisée par la convention signée en l’an dernier entre le Génie Militaire et l’Association nationale des entreprises d’entretien routier, du bâtiment et des travaux publics (Aneer-BTP).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *