Les grandes réalisations de Paul Biya

Au cours du septennat qui s’achève, le Président de la République a poursuivi son œuvre déjà immense d’édification des universités camerounaises. 

Pierre Ngom

«Nous réitérons notre soutien et notre parfaite adhésion à la politique de la nouvelle gouvernance universitaire prescrite par S.E. Paul Biya, président de la République, Chef de l’Etat », soulignait Maurice Sosso, président de la conférence des chefs des institutions universitaires, en sa posture de porte-parole des recteurs. C’était le 13 avril 2018 à Yaoundé, alors que les huit recteurs des universités d’Etat du Cameroun étaient en concertation autour du ministre Fame Ndongo, maintenu à la tête du Ministère de l’enseignement supérieur, après le réaménagement gouvernemental du vendredi 2 mars dernier. En effet, les recteurs des universités d’Etat apprécient plus que relativement, l’œuvre immense du Président de la République dans le secteur de l’enseignement supérieur au Cameroun.

Au cours du seul septennat finissant, le paysage universitaire a connu une nette évolution. Des actes du Président de la République ayant abouti à l’opérationnalisation de l’Université de Bamenda (région du Nord-Ouest), et à la création de plusieurs établissements dans les huit (08) universités publiques du Cameroun. Il s’agit pour l’Université de Ngaoundéré, de l’Ecole de génie chimique et des industries animales, l’Ecole de géologie et d’exploitation minière, l’Ecole normale supérieure de Bertoua et la Faculté de médecines et des sciences biomédicales de Garoua ; pour l’Université de Bamenda de, l’Ecole nationale supérieure polytechnique de Bamenda et la Faculté de droit et science politique; pour l’Université de Buea de l’Ecole normale d’enseignement technique de Kumba ; et pour l’Université de Dschang de la Faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques de Dschang. A moyen terme, chaque région sera d’ailleurs dotée d’une université d’Etat, comme le prévoit la carte universitaire approuvée par le gouvernement. En outre, une université numérique nationale est en gestation.

Dans le cade de l’intégration universitaire sous-régionale, le gouvernement camerounais a achevé sur fonds propres, les préparatifs en vue du lancement des activités académiques de l’Université Inter-Etats Cameroun-Congo sur le site de Sangmélima. Dans le contexte actuel, il y est envisagé le démarrage de la filière TIC sous la tutelle de la Faculté de Génie Industriel de l’Université de Douala. Les différents établissements de l’Université Inter-Etats Cameroun-Congo seront progressivement mis en place d’accord-parties avec les autorités congolaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *