Cameroun : Amnesty International associé au complot de déstabilisation

En ce moment où le Cameroun mène une guerre sans merci contre le groupe terroriste Boko Haram et est aux prises avec les sécessionnistes dans les régions anglophones, les éternelles élucubrations de cette ONG viennent distraire et confirment une volonté manifeste de voir le Cameroun sombrer.

Bell Josué

De nombreux avis sont formels. Certains pays occidentaux sont sur le pied de guerre pour empêcher le président Paul Biya de briguer un nouveau mandat. Selon certains, le Congrès américain a relancé un projet de résolution tendant à saisir le Conseil de sécurité des Nations Unies sur la crise anglophone, avec pour objectif inavoué d’empêcher la tenue du scrutin présidentiel, et, dans une démarche qualifiée de «sournoise», Londres et Paris semblent manifester une indifférence diplomatiquement suspecte, masquant en réalité une complicité passive avec les États-Unis. Dans cette démarche, l’Ong Amnesty International semble leur avoir emboité le pas, à en croire l’autre brulot que vient de commettre cette Ong, sur la crise anglophone au Cameroun. Dans un nouveau rapport intitulé « Une tournure tragique. Violence et atteintes aux droits humains dans les régions anglophones du Cameroun », l’organisation montre certes que la population subit les plus lourdes conséquences de l’escalade de la violence dans les régions du Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Mais pour elle, « les forces de sécurité ont tué aveuglément, arrêté et torturé des personnes lors d’opérations qui ont fait des milliers de déplacés. Cette réaction brutale ne peut aucunement endiguer la violence. Il est même probable qu’elle isole encore davantage la population anglophone et alimente les troubles », a déclaré Samira Daoud, directrice adjointe du bureau régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.

Nul doute donc à la lecture de ce rapport à charge contre les forces de défenses que cette Ong est plutôt devenue une arme politique pour déstabiliser certains Etats insoumis aux Occidentaux, dont le Cameroun. En effet, comment comprendre les affabulations à la limite de l’indécence et une étrange compassion pour les terroristes et les sécessionnistes dont fait preuve cette Ong ? Ce qui fait qu’elle tend à perdre sa crédibilité auprès de nombreux observateurs. Surtout qu’elle fait preuve d’une pernicieuse inspiration pour critiquer les militaires camerounais qui combattent des sécessionnistes d’une extrême cruauté autant envers les forces de défense que les populations, en passant par les autorités administratives et académiques. Le commun des Camerounais se pose de nombreuses questions pour comprendre cet acharnement. « Dommage qu’Amnesty semble davantage blâmer les forces de défenses que les séparatistes », s’insurge un fonctionnaire et observateur de la scène politique nationale.

Complot

À la lecture de ce rapport, l’on est en droit de se poser la question de savoir quel est le but recherché par l’Organisation, pourquoi cette fixation sur le Cameroun, comment expliquer cette étrange compassion envers les sécessionnistes sans foi ni loi et pourquoi Amnesty International semble ne pas se soucier des atrocités dont sont victimes les populations civiles des régions anglophones et même de l’Extrême-Nord ? A travers cette campagne que l’on peut qualifier de dégradante, Amnesty International montre le visage d’un complot ourdi contre le Cameroun. Un pays souverain qui n’a besoin de leçons de personne pour sauvegarder sa souveraineté, garantir la sécurité à ses citoyens. Le président Paul Biya dispose des forces armées professionnelles et d’hommes mieux formés, mieux entraînés, mieux encadrés et sans doute intellectuellement plus aptes que plusieurs autres en Afrique. Et « comme le Cameroun c’est le Cameroun » avec ses citoyens qui savent taire leurs divergences intérieures pour faire bloc devant l’adversité extérieure, on peut sans crainte dire que la mission et les pernicieuses prévisions d’Amnesty International sont vouées à un échec cinglant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *