Le gouvernement met en garde contre les pyromanes de la toile

Tout en dévoilant les grandes articulations de la mobilisation en faveur des personnes vulnérables dans les régions du Nord–Ouest et du Sud-Ouest, le plan gouvernemental a également mis à nu ces individus qui, tapis derrière leurs claviers, appellent au génocide.

Anaïs Foumane

Les comptes de certains individus parmi les activistes les plus suivis sur la toile, sont devenus de véritables quartiers généraux d’où partent les ordres pour les massacres perpétrés par les bandes armées sécessionnistes au Nord-Ouest et au Sud-Ouest. Mark Bara alias Bareta (Belgique), Ayaba Cho Lucas (Norvège), Tapang Ivo Tanku, Akwanga Ebenezer Dereck Mbongo, Nsoh Nkem Foncha, Chris Anu, Yinkfu Nsangong, Boh Herbert (Etats-Unis d’Amérique), Shey Kaavi Wo Melim (Autriche), Akoson Pauline Diale et son époux Akoson Raymond, Brado Etchu Tabenyang (Nigeria), John Mbah Akuro, Larry Eyong (Afrique du Sud),  sont ces individus passés maitre dans l’art de déformer les faits pour concrétiser leurs sombres desseins. On notera tout d’abord qu’ils sont essentiellement basés à l’étranger. Un profilage plus approfondi permet de constater qu’ils ont quitté le Cameroun il y a de très nombreuses années et ont bâti leur vie dans leurs pays d’accueil où leurs enfants peuvent sereinement aller à l’école et s’assurer une vie d’adulte digne. Véritable paradoxe quand on sait que depuis 2016 ces individus aidés par leurs relais locaux, s’obstinent à paralyser le cursus scolaire des élèves dans ces deux régions du Cameroun. Le bilan officiel fait état de plus de 120 cas d’incendies d’écoles qui ont contraint des centaines d’élèves à déserter leurs établissements pendant que d’autres ont dû migrer vers d’autres villes du pays. Le gouvernement précise d’ailleurs que ces activistes virtuels entretiennent intentionnellement la psychose au  sein de la population qui  se sent forcée de se déplacer. La désinformation sur les plateformes numériques n’a en effet plus de limites. Les photos sont truquées pour jeter l’opprobre sur les Forces de Défense et susciter la sympathie de la communauté internationale. Malheureusement certaines personnes, se font le relais naïf de ces mensonges qui tendent à s’imposer dans les esprits comme étant la réalité sur le terrain.

Parallèlement, ces individus sans foi ni loi ont organisé un véritable racket pour extorquer les fonds qu’ils disent mettre à disposition des mercenaires qui sont sur le terrain. Une opération que plusieurs contributeurs dénoncent quand ils voient les actes barbares que ces mercenaires commettent dans les villages. Des civils sont pris en otage quand ils ne sont pas simplement exécutés de la plus cruelle des façons. Aussi, le gouvernement tire la sonnette d’alarme pour éveiller la conscience civique des internautes qui doivent refuser catégoriquement d’être le relais de cette propagande qui fausse les perceptions et compromet les efforts mis en œuvre pour arrêter cette imposture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *