Crise sécessionniste. La diplomatie gagnante du Président Paul Biya toujours à l’œuvre

Dans le cadre de la crise sécessionniste, les partenaires du Cameroun penchent pour l’apaisement et la sauvegarde de l’intégrité du Cameroun.

Anaïs FOUMANE

Commençons par la France. Depuis, le début de la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest on l’avait très peu entendu, elle avait souvent tièdement « condamné les violences des deux côtés » comme l’a si bien souligné la presse à Paris le 14 juin dernier. En réponse justement à ce qui passait pour une accusation, le Ministre français de l’Europe et des affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne s’est exprimé pour dire que, « la France est convaincue que seul le dialogue permettra de répondre, de manière pacifique et concertée, aux préoccupations de toutes les parties, dans le respect de l’unité et de l’intégrité du pays ». Il a également ajouté que la France est prête, en concertation avec ses partenaires internationaux, à soutenir tous les efforts qui pourront être menés en ce sens. Dans le sens de la préservation de l’unité bien sûr. Ainsi la France se prononce pour un Cameroun uni qui préserve son intégrité. Elle préconise par ailleurs le dialogue rejoignant ainsi le gouvernement camerounais qui a toujours œuvré pour une concertation pacifique avant de se résoudre à user des armes face aux agressions des sécessionnistes. Joignant l’acte à la parole, le Ministre Jean-Baptiste Lemoyne, entame ce 28 juin une visite au Cameroun. Au Menu de la rencontre avec le Président Paul Biya, la situation dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Son séjour de deux jours va également le conduire dans la ville de Buea au sud-ouest où il compte rencontrer les autorités locales et des représentants de la société civile pour consolider le cadre de concertation qui va conduire à l’apaisement.

Par ailleurs, il y a le système des Nations Unies qui, par la voix sa Coordonnatrice résidente au Cameroun Allegra Del Pilar Baiochi, a félicité le plan d’urgence humanitaire initié par le Chef de l’Etat pour venir en aide aux populations en détresse dans ces deux régions. Elle a en effet déclaré que ce plan traduit la reconnaissance de la situation humanitaire par le gouvernement camerounais et sa responsabilité d’assurer le bien-être et la protection des populations civiles. Dans cette lancée, elle a déclaré que l’Onu souhaite participer à cet effort national. Toute chose qui montre l’intérêt de la communauté internationale pour une résolution de cette crise suivant la volonté du gouvernement camerounais, qui veille à la sauvegarde de son intégrité et au respect des valeurs qui lui sont chères (unité, diversité, intégration). Cette sortie de la représentante de l’Onu est d’ailleurs critiquée par les sécessionnistes qui n’ont pas manqué de le signifier.  Un dénommé Chris Anu qui se présente comme le porte-parole du gouvernement intérimaire de cette république imaginaire, n’est pas passé par quatre chemins pour demander à la diplomate de l’’Onu de retirer sa déclaration qui n’est rien d’autre qu’un soutien au gouvernement camerounais. Une autre sortie hérétique qui démontre une fois de plus que les auteurs et les acteurs de cette imposture n’ont aucune volonté d’aller vers une sortie de crise malgré les morts qui se multiplient et la désolation qui a envahi de nombreuses localités de ces régions. Cependant, l’approche diplomatique du Président Paul Biya a fait ses preuves à maintes reprises, et il est évident au regard des prises de position de nombreux acteurs internationaux influents qu’une issue heureuse ne sera bientôt trouvée afin que le Cameroun poursuive sa marche vers l’émergence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *