Crise sécessionniste. Quand Patrice Nganang drague les Etats-Unis

Dans son plaidoyer au congrès américain ce 27 juin, l’activiste Patrice Nganang ne lésine pas sur les mises en scène pour convaincre.

Anaïs FOUMANE

Patrice Nganang est un bon joueur, qui maitrise l’art de déformer les faits, falsifier l’histoire,  semer la zizanie, activer les haines  pour agrandir sa cour d’admirateurs et de soutiens. Il n’aura pas exposé comme il espérait le faire le 7 juin dernier devant le congrès ; tout de même, il a transmis ce 27 juin un plaidoyer, qui écœure  tant il est truffé de mensonges et de mises en scène grotesques. Dresser les Etats-Unis contre la France, voilà l’une des astuces que Patrice Nganang a mis sur pied pour venir à bout des hésitations du pays de Donald Trump. Comme pour titiller l’égo des Etats-Unis d’Amérique, l’activiste n’a pas manqué d’incriminer l’action de la France dans ce qu’il considère comme le plan d’annexion des régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest. Ainsi, il a rappelé au congrès américain  la prise de position faite par la France le 14 juin dernier qui  “souhaite que les tensions soient résolues de manière pacifique et par le dialogue, et ce, dans le strict respect de l’unité et de l’intégrité de votre pays.”  Un sacrilège selon lui car cette déclaration qui ne fait aucune mention des victimes dans les rangs sécessionnistes, apparait davantage comme une caution à l’action gouvernementale. En outre, elle préconise une solution qui contraste totalement avec les desseins de Patrice Nganang, lui rêve de voir le Cameroun sombrer dans une  situation anarchique irréversible. Faisant fi des enjeux réels, et des vies perdues, Patrice Nganang s’amuse à dresser deux nations  l’une contre l’autre pour espérer obtenir le soutien de celle qui est souvent considérée comme la plus grande puissance militaire du monde, du Nganang tout craché, mais personne n’est dupe.

Tout comme tout le monde perçoit son jeu, quand il fait miroiter la manne pétrolière au nez des Etats-Unis, quand il feint de défendre la cause sécessionniste. Patrice Nganang dénonce ce qu’il qualifie de “cohabitation impossible” entre Camerounais d’expression anglaise et ceux locuteurs de la langue de Molière. Un projet de cohabitation qui pour lui, n’a jamais eu de chances d’aboutir mais du fait de la présence de l’or noir dans le Sud-ouest, le gouvernement a fermé les yeux sur  les obstacles de l’intégration de ces peuples. Ainsi pour lui, seule la question du pétrole intéresse l’Etat, qui avec la complicité de la France a exploité ces ressources  au détriment des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Un argument sans fondement quand on sait que ces deux régions sont parmi celles qui disposent de meilleures infrastructures et  que le personnel de la Société nationale de raffinage (SONARA) se recrute dans toutes les sphères linguistiques et tribales du Cameroun. Cet argumentaire de Nganang sur le pétrole tend à dire aux Etats-Unis qu’aujourd’hui l’histoire leur donne l’occasion d’étendre leur influence au Cameroun, et qu’il serait lâche de ne pas saisir cette perche. C’est en effet à ce prix que Patrice Nganang et ses acolytes veulent brader l’histoire du Cameroun, son héritage, son présent et son avenir. Comment concevoir qu’au 21e siècle, la langue soit un facteur de division entre deux peuples millénaires au point de faire dire qu’une cohabitation  anglophone-francophone soit impossible ? Ce plaidoyer transmis au congrès américain et les mensonges et contresens qu’il contient sont là pour témoigner de l’irresponsabilité de l’activiste Patrice Nganang

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *