Plan de solidarité pour les régions anglophones. L’élite locale apprécie et fait corps avec la démarche

Le geste est hautement significatif, avec une incidence psychologique et affective certaine, au-delà de la simple contribution quantitative.

Charles ABEGA

Certains avis vulgaires et puérils ont, une fois de plus, voulu désarticuler le Cameroun, après l’officialisation par le Premier Ministre, de l’initiative d’un Plan humanitaire d’urgence en faveur des populations des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en crise depuis de très longs mois déjà. Une initiative portée par la volonté du Président Paul Biya, sensible aux douleurs et aux meurtrissures qui pourraient aujourd’hui être celle d’une partie de son peuple, plusieurs fois et de manières protéiforme, agressée, torturée, abusée, humiliée. Une main tendue plus qu’une simple manne financière, pour réchauffer les corps et rapprocher les cœurs,  pour redonner du sourire et réanimer les visages. En bref, le Chef de l’Etat marque tout simplement là une fois de plus, son désir permanent de voir effective, la notion si précieuse du « vivre ensemble ». Et pour la circonstance, le fort taux d’adhésion à cette opération de solidarité impressionne tout simplement, tant les contributions se sont faites avec une spontanéité dont les Camerounais ont seuls le secret. Car, il convient de le rappeler ici, le Chef de l’Etat a à plus d’une occasion, sollicité toujours avec succès, la fibre sensible de son peuple. C’est ainsi qu’en direction des victimes d’inondations dans l’Extrême-Nord, ou à la suite des émanations meurtrières de gaz du Lac Nyos à Wum dans le Nord-Ouest, de l’explosion d’une citerne de carburant à Nsam dans la ville de Yaoundé, des cœurs blessés de tout le Grand Nord avec les incursions dramatiques de Boko Haram, et aujourd’hui encore avec les crimes infâmes des bandes armées sécessionnistes des régions anglophones, le peuple camerounais, dans un échantillonnage suffisamment représentatif, s’est joint à son Président, pour que vie reprenne.

Pour revenir à la dernière initiative encore en cours de réalisation, d’aucuns s’amusaient à projeter un fiasco total, arguant que le mal-être serait général chez tous les Camerounais et que pour cette raison, personne ou très peu suivrait Paul Biya dans cette nouvelle aventure. C’était mal connaître ce peuple. D’ailleurs, comme pour conforter la démarche présidentielle, les fils et filles des deux régions concernées que certains ont dits complètement opposés à la politique du Lion de Mvomeka, ont été parmi les premiers et meilleurs contributeurs de cette chaine au ton éminemment humanisant. 236 millions de Fcfa de collecté par la seule élite anglophone sur les 529 millions recueillis en moins d’une semaine ! Et les contributeurs se recensaient même parmi cette diaspora que l’on veut particulièrement frondeuse, et désignée comme principale source de financement des bandes armées. Ce geste des hommes forts de la zone anglophone se traduit nettement comme une invitation à l’apaisement, plus qu’une envie réelle de reconstruire la structure matérielle. Un message fort également en direction de tous ceux qui, cachés derrière leurs claviers en Occident, incitent au chaos, à l’implosion.

Mais déjà, toutes les dix régions sont en mouvement, avec des montants significatifs, pour reconstruire le tissu social déchiré, relancer l’activité économique, rebâtir les infrastructures scolaires, sanitaires et administratives. Plus de 120 écoles détruites sont, entre autres, à rendre opérationnelles, avant les prochaines rentrées scolaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *