Présidentielle 2018. Ces démissions en cascades qui hantent le MRC

Après les défections de Franc Hubert Ateba, Fabien Assigana et de Woungly Massaga alias Commandant Kissamba, plus d’un millier de militants sont désormais en rupture de ban avec le parti de Maurice Kamto dans le septentrion.

Olivier BOKALE

Ils sont 1768 membres à avoir jeté l’écharpe du Mouvement pour le Renaissance du Cameroun (MRC). Désormais ex-militants du MRC de la région de l’Extrême-Nord, ils ont décidé de rejoindre les rangs du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), parti au pouvoir. Nassourou Abdoulaye, jusque-là Secrétaire départemental du MRC pour le Mayo-Tsanaga, est le porte-voix de ce groupe de militants en rupture avec le parti de Maurice Kamto. Comme pour confirmer son adhésion aux idéaux du parti au flambeau, le transfuge du MRC a été reçu en grande pompe jeudi dernier à Yaoundé par le chef de la délégation permanente régionale du Comité central du RDPC pour la région de l’Extrême-Nord, Cavaye Yeguié Djibril, par ailleurs président de l’Assemblée nationale.

Récriminations

Pour dire le moins, cette démission collective et massive au sein du MRC marque une déchéance du parti de Maurice Kamto dans la partie septentrionale du Cameroun. En effet, dans une lettre dite de « démission collective » adressée au président national du MRC, des responsables du parti dans l’Extrême-Nord dénoncent de nombreuses tares dans le fonctionnement de ce parti en lice pour la présidentielle de 2018. Les militants démissionnaires s’indignent de ce que « les énormes efforts consentis pour implanter le parti » dans la région se sont faits « sans le moindre soutien moral » de la part de celui qui projette de challenger Paul Biya en octobre prochain. Autre grief, « le mépris manifesté dans l’organisation de la Convention du parti récemment tenue à Yaoundé ». A cette convention, les démissionnaires avaient manifesté leur plainte relative au manque de soutien de la direction du parti.

Récurrence

A la vérité, le MRC n’est pas à sa première expérience du genre. Il y a un peu plus d’une semaine, le Social Democratic Front (SDF), s’est félicité du ralliement de centaines de militants du MRC à cette formation politique dirigée par Ni John Fru Ndi. A cette occasion, le principal parti de l’opposition s’est alors donné de grands moyens pour célébrer et scénariser le changement de bannière qui avait pour cadre, une réunion ordinaire du National Executive Comittee (NEC). Mais bien avant, le parti de Maurice Kamto a essuyé d’autres défections et pas des moindres. On se souvient des départs de Fabien Assigana, de Franc Hubert Ateba et la démission du commandant Kissamba, Woungly Massaga. Au MRC, ces vagues de démissions préoccupent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *