Chantiers de la CAN 2019. Piccini fait une réelle démonstration de force

C’est sous le regard ravi du Premier Ministre Chef du Gouvernement que l’entreprise italienne Piccini a révélé un chantier considérablement avancé, balayant d’un revers de la main, toutes les allégations complètement erronées qui ont alimenté les colonnes d’une certaine presse ces derniers jours.

Charles ABEGA

Pour à peine une dizaine d’employés revendiquant des droits d’une entreprise sous-traitante du Groupe Piccini sur le chantier du complexe sportif Paul Biya, une certaine presse, visiblement acquise à une cause bien ténébreuse défiant toute étique et toute déontologie, a tôt fait de sur-dimensionner les faits, titrant même sur un arrêt complet des travaux sur le chantier d’Olembé. Pourtant, une fois rendu sur le terrain, l’observateur le plus puéril peut se rendre compte de l’évidence : le chantier avance à pas de géant vers, l’accomplissement initialement exigé par le gouvernement du Cameroun. Plus de 1500 employés qui se déploient tous les jours sur toute l’étendue du site des travaux, avec l’ambition de transformer tout ce pan de la périphérie nord-ouest de la capitale politique en l’un des plus beaux joyaux du continent africain. Car, bien au-delà de la panoplie des infrastructures sportives aux standings internationaux, la superstructure sera en fait un véritable lieu de vie. Il y pousse en effet un hôtel cinq étoiles, un complexe commercial et bien d’autres structures devant donner de l’emploi en permanence à environ 1000 personnes, en dehors des joutes sportives.

Pour revenir à l’état d’avancement des travaux, l’entreprise italienne est sensiblement 13% plus loin que les prévisions. Un fait plus qu’encourageant pour le Comité d’Organisation de la CAN 2019 (COCAN 2019), surtout que les experts en matière de normes sont unanimes, toutes les exigences qualitatives sont absolument respectées. Prévu pour être livré le 28 décembre prochain, le stade Paul Biya, l’une des pièces maîtresses de l’échiquier, est aujourd’hui plus que jamais matérialisé. Quatre cent containers sont à ce jour en attente de déchargement au Port autonome de Douala, avec annonce-t-on, les derniers éléments importés (préfabriqués) du stade en lui-même. Au rythme où sont menés ces travaux, le Groupe Piccini devrait livrer le reste des infrastructures du complexe dans les délais, c’est-à-dire avant le coup d’envoi de la CAN, comme codifié dans le cahier de charges reçu à l’aube de ce contrat.

Il convient de noter que l’entreprise italienne spécialisée dans le BTP, qui en est à sa toute première expérience en terre camerounaise, a déjà fait ses preuves dans le voisinage immédiat. Il s’agit notamment de la Guinée Equatoriale, du Tchad et du Gabon, où ils ont réalisé des complexes hôteliers haut de gamme, des routes, des infrastructures sportives, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *