Crise dans les régions anglophones. Fantasme autour d’une intervention de l’ONU

La lettre de la coordonnatrice du système des Nations Unies au Cameroun du 22 juin est plutôt un soutien aux autorités de Yaoundé.

Pierre NGOM

Le 22 juin dernier, à la suite de la présentation par le Premier ministre du Plan d’assistance humanitaire d’urgence destiné aux populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la coordonnatrice du système des Nations Unies au Cameroun a adressé un courrier au gouvernement. « Ce plan confirme la reconnaissance de la situation humanitaire par le gouvernement, et sa responsabilité d’assurer le bien-être et la protection des populations civiles. Toutefois, le système des Nations Unies reste très préoccupé par la détérioration de la situation dans les régions, et travaille à renforcer ses capacités et sa présence pour répondre aux besoins d’assistance et de protection des populations déplacées, dans le respect des principes humanitaires, et en coordination avec l’effort national. Un appel de fonds a été lancé à cet égard », écrit Allegra Del Pilar Baiocchi. Depuis, certains fantasment sur une intervention des Casques bleus dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Il n’en est rien.

Ici, il s’agit plutôt d’une assistance humanitaire comme le pays en connait à l’Extrême-Nord, notamment au camp de Minawao, où le Haut-Commissariat pour les réfugiés assiste environ 60.000 réfugiés nigérians et une partie des déplacés internes camerounais. En plus, une intervention des soldats onusiens relève des opérations de maintien de la paix qui sont extrêmement codifiées dans la Charte des Nations Unies. On en a recourt pour contenir une situation explosive afin d’actionner des pourparlers pour un règlement rapide d’un conflit. Tout le monde peut en témoigner qu’on en est loin au Cameroun. Il faut surtout préciser qu’aucune de ces missions de l’Onu ne peut se faire contre la volonté des autorités camerounaises, selon la lettre de la charte de l’organisation onusienne.

Par ailleurs, il est bon de préciser que la coordonnatrice du système des Nations Unies au Cameroun a félicité le Plan d’urgence humanitaire initié par le Chef de l’Etat. Elle a en effet déclaré que l’Onu souhaite participer à cet effort national. Ce qui laisse voir que cette organisation est pour un retour de la sérénité dans les régions anglophones, suivant la volonté du gouvernement camerounais qui souhaite préserver l’intégrité du pays. On en a d’ailleurs la conviction au regard de l’accueil que les sécessionnistes ont réservé à ce courrier. Ils en parlent comme d’un soutien au gouvernement camerounais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *