Fonction publique. 44 000 présumés « faux agents » de l’État débusqués

C’est le résultat provisoire de l’opération de comptage physique des personnels de l’État (Coppe), lancée par le ministère des Finances dans l’optique d’assainir le fichier solde de l’Etat, plombé par les fonctionnaires fictifs.

Olivier BOKALE

L’opération de comptage physique des agents de l’Etat s’est achevée le 10 juillet 2018. Sur 310 786 personnes prises en charge par le fichier solde de l’Etat, 36 000 manquent à l’appel. De plus, 8 000 fonctionnaires et autres personnels de l’Etat recensés ont été rejetés pour des raisons diverses. Soit 44 000 cas d’irrégularités constatées. Tous calculs faits, l’élimination de cet effectif de présumés agents véreux permettrait à l’Etat de faire des économies annuelles d’au moins 100 milliards FCFA.

Lancée il y a environ trois mois, la deuxième phase du comptage physique des personnels de l’Etat (Coppe), l’opération de comptage physique des personnels de l’Etat vient de révéler plusieurs irrégularités. « Lorsque nous regardons l’évolution de la masse salariale au Cameroun, nous étions pratiquement à 393 milliards de FCFA en 2006. Aujourd’hui, nous sommes à 945 milliards francs dans le cadre du budget 2017 », a confié à un confrère, Cyrille Edou Alo’o, le Directeur du budget. Une masse salariale qui, passée du simple à quasiment le triple en onze ans, est fonction de l’évolution du nombre de fonctionnaires pendant cette même période. « Pendant cette même période, les effectifs de la Fonction publique sont passés de 163 000 agents (en 2006), à environ 322 000 (en 2017) ».

En lançant cette nouvelle opération de recensement des agents de l’Etat, le Minfi entend ainsi tordre le coup à des pratiques qui datent de plusieurs années. Il est question pour Louis Paul Motaze, d’expurger du fichier solde de l’Etat, ces « fonctionnaires fantômes ». Certains d’entre eux, toucheraient deux à trois salaires, et d’autres toucheraient leurs salaires sans travailler. La troisième catégorie de personnel véreux concerne ceux dont les salaires continueraient de passer malgré leur admission à la retraite. A cette liste s’ajoutent les ayant droits qui toucheraient les salaires de leurs parents décédés.

Pour rappel, l’assainissement du fichier solde est un processus permanent qui vise la mise à jour de ce dernier, afin qu’il n’y figure que les agents publics régulièrement recrutés, évoluant dans leurs situations administratives et salariales idoines. Il s’agit ici du nettoyage du fichier solde en vue d’en évacuer non seulement les agents publics décédés, démissionnaires, en situation d’absence irrégulière, en détachement, mis en disponibilité, etc., mais aussi les éléments de rémunération indus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *