Insécurité routière. Paul Biya siffle la fin de la récréation

Les instructions du Chef de l’Etat à la suite de l’accident qui a coûté la vie à 31 personnes en fin de semaine dernière sur l’axe Yaoundé-Bafoussam, sont des plus claires.

Pierre NGOM

Le Président de la République est très sensible au sort des Camerounais. Il ne peut donc rester indifférent lorsque trente-un de ses concitoyens perdent la vie et qui plus est, dans des conditions tragiques comme ce fut le cas en fin de semaine dernière, sur la route nationale n°4 reliant Yaoundé à Bafoussam. « Face à ce drame, le Chef de l’Etat adresse aux familles si durement éprouvées, ses condoléances les plus attristées, et formule ses vœux de prompt rétablissement aux personnes blessées », informe le ministre de la Communication dans un communiqué publié le 09 juillet dernier.

Paul Biya a par ailleurs « instruit que les responsabilités soient clairement établies et que les sanctions appropriées soient immédiatement prises à l’encontre de toute personne physique ou morale impliquée dans la survenance de cette tragédie », peut-on lire dans le document officiel. Et à l’avis général, cela est nécessaire. Il ressort en effet des premiers éléments de l’enquête que, le car est parti, en toute illégalité, de Yaoundé pour Bafoussam traversant toutes les barrières de contrôle jusqu’au lieu du drame à Boutourou I dans le Mbam-et Inoubou. Deux éléments pour l’étayer : le chauffeur du véhicule n’était pas titulaire d’un permis de conduire, et l’agence de transport ne dispose pas d’une licence de deuxième catégorie qui l’autorise à opérer dans le transport interurbain. A la suite de cette éminente prescription, « une enquête approfondie a été ouverte pour établir les circonstances de cet accident et tirer toutes les conséquences qui en découleront ».

Le Chef de l’Etat a en outre sifflé la fin de récréation dans le domaine de la prévention routière. Paul Biya a « prescrit aux autorités compétentes un accroissement de la prévention routière et une répression absolue des infractions de toute nature constatées en matière de circulation routière sur l’ensemble du territoire national » avant d’appeler « une fois de plus à la vigilance des transporteurs routiers dans le respect des mesures de sécurité et de maintenance de leurs véhicules, ainsi qu’à la prudence et à l’observance du code de la route et des règles générales de sécurité routière sur nos différents axes routiers. »

Un redoublement de la vigilance est en effet nécessaire. Car depuis l’année dernière on observe une recrudescence des accidents de la circulation malgré les efforts des autorités. « Alors que nous étions à environ 3088 cas pour l’année 2014, l’on dénombre déjà pour les huit premiers mois de l’année 2017, c’est-à-dire jusqu’à la fin du mois d’août, 4190 accidents dont 179 mortels, 784 corporels et 3227 matériels. » s’inquiétait Issa Tchiroma Bakary au cours d’une conférence de presse le 7 septembre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *