Plan triennal spécial jeunes. La « carte jeune biométrique » est entrée en vigueur

Grâce à elle, les jeunes auront la possibilité d’avoir accès à des services préférentiels et à divers appuis sociaux de base, offerts par les différents acteurs publics.

Marlyse ABENG

Le 11 juillet 2018 à Yaoundé, 100 jeunes ont reçu les premières « cartes jeunes biométriques ». Au rythme des chants, youyous et danses, la cérémonie officielle de lancement de ladite « carte jeune biométrique », par le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique, Mounouna Foutsou, a été très colorée. Normal. Cette cérémonie de lancement représentait en fait une phase importante, en ceci qu’elle offre la possibilité aux jeunes de bénéficier du financement que le président de la République, Paul Biya, a dégagé dans le cadre du Plan triennal d’urgence en faveur de la jeunesse camerounaise. En plus, l’occasion de célébrer une des premières retombées du Plan triennal spécial (PTS), prescrit par le président Paul Biya, dans son adresse aux jeunes le 10 février 2016 était idoine. Etape cardinale de ce projet, elle offre la possibilité aux jeunes de bénéficier du financement que le chef de l’Etat a dégagé dans le cadre du Plan triennal d’urgence en faveur des la jeunesse. Avec ladite carte, ces jeunes auront la possibilité en outre d’avoir accès à des services préférentiels et à divers appuis sociaux de base offerts par les différents acteurs publics et privés.

La carte mise est « un outil de gouvernance en matière d’accompagnement de la jeunesse pour l’accès préférentiel à divers appuis et services sociaux de base, offerts par les partenaires publics et privés ». Elle profitera aux jeunes inscrits à l’Observatoire nationale de la jeunesse (ONJ) et est la première composante du PTS axée sur l’opérationnalisation de cette institution dans les 434 centres multifonctionnels de promotion des jeunes (Cmpj). Raison pour laquelle Mounouna Foutsou, a précisé qu’il s’agit de mobiliser toutes les ressources humaines, matérielles, techniques et financières pour que le PTS soit une réussite sur tous les plans. Le Minjec n’a pas oublié de demander aux jeunes de s’impliquer dans les activités et opportunités ainsi offertes, non seulement pour apporter leur pierre à la construction du Cameroun, mais aussi en devenant des créateurs d’emplois à même d’améliorer leurs vécu et quotidien, mais aussi celui des populations.

Sur le plan offres de service justement, la carte jeune permet à son détenteur de choisir, de discriminer, de sélectionner et classifier le service et le prestataire désirés. De nombreuses conventions de partenariat ont d’ailleurs été signées hier, entre le Minjec et des opérateurs de transport, de téléphonie mobile, d’assurances, de santé, de conduite automobile. Le PTS appuie 1 500 000 jeunes âgés de 15 à 35 ans au rythme de 500 000 par an dans divers domaines d’intérêt. A ce jour, plus de 600 000 jeunes sont enrôlés, puis orientés dans les filières de leur choix. Des plateformes de collaboration avec différentes administrations ont été établies, afin de faciliter leur prise en charge par l’ensemble des programmes et projets gouvernementaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *