Sécurité. Questions autour d’une vidéo

Après avoir regardé le film montrant l’exécution des femmes et des enfants par des hommes en uniforme, un expert en balistique penche pour une mise en scène. Ses arguments.  

Pierre NGOM

Dans la vidéo qui tente depuis quelques semaines d’entacher l’image de marque de l’armée camerounaise, quelque chose intrigue. C’est le fait que les victimes sous l’effet des balles, tombent comme des sacs de manioc.  Ce comportement serait anormal. Selon un expert en balistique, les victimes auraient dû être projetées sous l’effet de l’énergie potentielle. « Lorsqu’une balle de Kalachnikov vous atteint, c’est une décharge. Son énergie potentielle est phénoménale. Donc l’impact électrise », explique ce dernier. Autres éléments de curiosité selon notre expert, « il n’y a pas de trace de sang sur le polo fuchsia  que porte l’une des victimes mais une mare de sang sous elle ». « On lui a tiré dans le dos. Pourquoi n’aurait-il pas de sang sur son vêtement, car le temps mis pour que le sang fasse une flaque est suffisante pour que des traces apparaissent sur le vêtement », argumente-t-il. Au regard de tous ces éléments, ce dernier penche pour une mise en scène.

A la suite de la diffusion de cette vidéo, le président de la République, qui en a été choqué et indigné par l’atrocité des images, a instruit l’ouverture d’une enquête afin de faire la lumière sur cette affaire qui pour beaucoup, relève de la manipulation. A la suite de cette instruction, le ministre délégué à la présidence de la République en charge de Défense vient de mettre sur pied une commission d’enquêtes. Elle devra certainement se pencher sur les équivoques soulevées par cet expert en balistique. Lequel pourra d’ailleurs se servir des numéros ouverts (222 23 43 84 ou 222 22 64 97) pour joindre cette instance et  porter à sa connaissance les éléments qui fondent ses réserves. Pour l’heure, les arguments utilisés par certaines organisations nationales et internationales pour incriminer l’armée camerounaise sont légers et crédites l’hypothèse d’une cabale contre les forces de défenses et de sécurité.

D’ailleurs, dans l’environnement actuel, il ne serait pas surprenant si cette commission d’enquêtes concluait à une manœuvre de désinformation grossière.  En réalité, les forces de défenses et de sécurité camerounaises sont aujourd’hui la cible de ceux-là mêmes qui, vaincus sur le terrain des opérations, démunis de tout soutien de la part des populations et de plus en plus isolés sur la scène internationale, tentent par de telles manœuvres de les discréditer, de saper leur moral et de provoquer leur démobilisation. C’est donc à juste titre que le gouvernement renouvelle son entière confiance aux forces de sécurité et les assure du soutien indéfectible de la nation tout entière. Comme les camerounais le savent, l’armée camerounaise est républicaine et professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *