Lutte contre le VIH/Sida. La campagne Vacances sans Sida en branle

L’initiative lancée au Cameroun depuis 2003 par la Première Dame Chantal Biya vise entre autres, à éveiller la conscience des jeunes et va se dérouler sur l’étendue du territoire national dès le 1er août 2018.

Marlyse ABENG

« Vacances sans Sida ! » est une initiative de la Première Dame du Cameroun, Chantal Biya. Depuis 2003 en effet, la présidente de l’ONG Synergies africaines s’est fixée pour objectifs entre autres, d’aider le gouvernement dans sa lutte permanente contre le VIH/Sida. A travers cette campagne qui se met en branle chaque année sur l’ensemble du triangle national, Chantal Biya, par ailleurs ambassadrice spéciale de l’Onusida, veut concrètement susciter la prise de conscience des jeunes en période de vacances et réduire le risque de contamination aux IST, au VIH et au Sida. Et depuis 2014, le programme «Vacances sans Sida» est adossé à la stratégie 90-90-90. Fort de ce que le Cameroun ambitionne de mettre fin à cette pandémie d’ici 2030. Dans cette perspective donc, il faudrait que «90% de personnes connaissent leur statut sérologique, 90% des personnes séropositives aient accès au traitement et 90% des personnes vivant avec le Sida reçoivent un traitement en vue de réduire leur charge virale à horizon 2020», explique André Mama Fouda, le ministre de la Santé.

Comme en 2017, cette année 2018, la campagne va encore se dérouler sous le thème de « Génération Androïd, cliquons sur le dépistage du VIH». L’accent sera ainsi mis sur l’utilisation des réseaux sociaux pour sensibiliser davantage de jeunes. Cette méthode vient combler le vide soulevé par le rapport de l’évaluation du Plan stratégique national de lutte contre le sida 2014-2017, selon lequel cette sphère de la Toile n’est pas beaucoup utilisée pour approcher les jeunes. Pour André Mama Fouda, la familiarisation de la jeunesse aux appareils derniers cri est une aubaine à exploiter. « Une enquête du Centre international de référence Chantal Biya pour la recherche sur la prévention et la prise en charge du VIH/sida (CIRCB), a révélé que 90% des jeunes interviewés entre 15 et 24 ans possèdent un téléphone portable et que plus de 71% ont eu accès à Internet au cours des 30 derniers jours de l’étude et sont membres actifs des groupes des réseaux sociaux. Par un simple clic, vous pouvez être interactifs avec d’autres et leur expliquer l’avantage de connaître tôt son statut sérologique », avait déclaré le Minsanté en 2017.

Cette 16e édition de la campagne placée sous le Sous le haut patronage de la Première Dame Chantal Biya, débute le 1er d’août 2018. La cérémonie de lancement officiel des activités aura lieu au siège de Synergies africaines à Yaoundé. Au cours de l’édition de l’année dernière de cette campagne nationale de sensibilisation sur le Vih/Sida menée par les jeunes pour les jeunes pendant la période des vacances scolaires et universitaires, il avait été dit qu’en 2016, plus de 800 jeunes avaient été déclarés séropositifs. Et pour l’édition de 2017 l’ambition était de dépister 50.000 jeunes soit 30.000 filles et 20.000 garçons et ainsi pousser les jeunes à connaitre leur statut sérologique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *