Traitement des ordures à Yaoundé. L’Etat rallonge le bail d’Hysacam de cinq ans

L’entreprise qui décroche ce marché de 40 milliards de FCFA, confirme son leadership en matière d’assainissement urbain.

Olivier BOKALE

Michel Ngapanoun peut se frotter les mains. Pour les cinq prochaines années, c’est Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam), l’entreprise qu’il dirige, qui va assurer la gestion des déchets domestiques dans la ville de Yaoundé, la capitale politique du Cameroun. Présente sur le territoire camerounais depuis une vingtaine d’années, Hysacam est en effet déclarée adjudicataire du marché relatif aux activités de collecte, de transport et de traitement des ordures ménagères au Cameroun. Les résultats de l’appel d’offres international lancé à cet effet en janvier 2017, viennent d’être publiés par le ministère des Marchés publics. En bénéficiant à nouveau de la confiance gouvernementale, cette société confirme son lead en matière d’assainissement urbain au Cameroun. Hysacam rafle la mise de 40 milliards de FCFA face aux trois autres candidats qui étaient en lice pour le même contrat. Il s’agit notamment de la firme espagnole BTD Urbaser, la chinoise Changyi Kanejie Assainissement Engineering Co. Ltd et la société portugaise Urbandna/Ambiafrica/Lip.

L’attribution de ce marché à Hysacam était attendue. En tout cas, dans une interview accordée au bihebdomadaire Essingan en sa parution du 14 juin 2018, Georges Mahou Nguimbous, le chef du service environnement-hygiène de la Communauté urbaine de Yaoundé (CUY), abondait déjà dans ce sens.  « Le renouvellement du contrat avec Hysacam est à l’heure actuelle la solution la plus adéquate pour résoudre le désagrément dû à la gestion des ordures ménagères », soutenait-il. Pour lui, « c’est une entreprise équipée et qui jouit d’une expérience avérée dans le domaine ». Poursuivant sa plaidoirie, le responsable technique de la CUY révélait que « la signature d’un nouveau contrat, dont la procédure suit son cours, va assurément huiler ce mécanisme qui est actuellement grippé ».

Ce renouvellement du bail d’Hysacam intervient dans un contexte particulier, marqué par des difficultés que traverse l’entreprise. Selon la Communauté urbaine de Yaoundé, l’opérateur ne couvre que 65% de la ville. Certains quartiers demeurent inaccessibles aux véhicules de collecte d’où l’amoncellement des immondices qui crée l’obstruction des réseaux de drainage d’eau et l’insalubrité du cadre de vie. Une situation qui s’est aggravée avec les retards de payement de ses prestations par l’Etat. Entre décembre 2017 et mai 2018, Hysacam n’a reçu aucun paiement. A mai 2018, l’Etat a toutefois décaissé 6 milliards sur une régularisation attendue de 13 milliards FCFA. Toujours est-il qu’on sein de Hysacam, l’on reste confiant. Dans le cadre du renouvellement de son parc d’engins, la société -présente dans 17 villes camerounaises- a mobilisé 9,8 milliards FCFA des banques commerciales. Grâce au cautionnement de l’AFD, ce financement vise l’acquisition de 211 nouveaux camions et de quelque 17 engins lourds afin d’améliorer la fréquence dans la collecte des ordures au Cameroun. D’ailleurs un premier lot de ce matériel a déjà été réceptionné par l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *