Au mépris des détracteurs. La caravane Cameroun avance sereinement

Tweets et posts Facebook, images truquées, vidéos bidouillées, auraient-ils suffi pour briser l’élan admirable du Cameroun sur la route de l’Emergence ? Que nenni ! La réalité étant plutôt avantageuse pour le pays de Paul Biya.

Charles ABEGA

Le Cameroun est réellement aujourd’hui un immense chantier à ciel ouvert. Des grues hérissent quasiment toutes les villes du pays, aussi bien pour des projets gouvernementaux que pour des initiatives portées par des opérateurs privés. Et tous les domaines sont concernés dans ce vaste remue-ménage. Des infrastructures sportives avec la CAN 2019 attendue en juin prochain, aux autoroutes en passant par des usines à gaz, des hôpitaux, des hôtels et autres pools universitaires, tout y passe, le pays tout entier semble comme secoué par un vent bienfaisant et motivé par un désir de jouvence. Les partenaires économiques se succèdent à Yaoundé avec des propositions d’investissements et d’accompagnement multiforme du précieux programme des « Grandes réalisations », chère au Chef de l’Etat Paul Biya.

La caravane avance donc toujours avec autant de sérénité, sur les chemins de l’émergence. Pas un seul grand investisseur qui ne désire prendre part à la grande aventure. Une aventure qui devrait à terme, être celle qui mènera au « Grand Cameroun », foncièrement libre et indépendant, reposant sur une souveraineté économique et politique réelle et effective, avec des capacités de décisions fortes aussi bien en interne que sur la scène internationale. Il sera alors un leader plus que solide de la sous-région Afrique Centrale, et un maillon fort du tissu économique et industriel continental. Car, il faut noter que le pays de Paul Biya, fort de son potentiel énergétique, représente une destination exceptionnelle pour les grands exploitants mondiaux, mais également une chance pour les pays voisins en difficulté. D’ailleurs, le Tchad, la Guinée Equatoriale et la RCA reçoivent tous depuis des années, un soutien considérable en énergie depuis le Cameroun.

La caravane avance donc toujours aussi sûrement, dans ses efforts de transformation générale, dans le souci de poser les bases d’un avenir meilleur, dans le désir ardent de léguer à la postérité des outils forts et déterminants, pour le grand rendez-vous du donner et du recevoir qui s’amplifie chaque jour, sous le vent de la mondialisation. Et malgré la succession des campagnes de dénigrement et des vicieuses tentatives d’avilissement de la bannière Cameroun, la roue tourne toujours paradoxalement à son actif. Grâce au tact de ses dirigeants, le pays est resté éligible à plusieurs programmes de financement internationaux. Les barrages de Mekin et de Memve’ele pour ne citer que ces deux-là sont sortis de terre avec une capacité énergétique suffisamment conséquente pour les projections industrielles du pays et des pays environnants. Le Port en eau profonde de Kribi qui entre progressivement en fonction, vient donner une plus grande ouverture sur la mer, à côté de la forte activité que devait déjà supporter le seul Port autonome de Douala. Et c’est tous les pays de l’hinterland qui s’en réjouissent, bien au-delà du seul bloc Afrique Centrale ou Bassin du Congo.

On a même beau vouloir attiser les braises sous Boko Haram ou aujourd’hui les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le Cameroun reste debout et avance à pas de géant vers son émergence réelle et effective, sous les yeux admiratifs du monde libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *