Sécurité aéroportuaire. Le Cameroun conforme aux normes de l’OACI

Telle est la conclusion de l’audit mené en avril dernier auprès des principaux aéroports du Cameroun et dont les résultats ont été présentés lors de la 1ère réunion ordinaire 2018 du Comité national de sûreté de l’aviation civile (CNS).

Olivier BOKALE

Ils sont surs ! Ils, ce sont les aéroports internationaux du Cameroun à savoir Douala, Yaoundé, Garoua et Maroua Salack. C’est le constat fait au mois d’avril dernier par les experts de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI). La conformité de ces installations aéroportuaires aux normes de sûreté vient donc d’être reconnue par l’instance la plus autorisée du domaine. Cette reconnaissance fait suite aux bons résultats constatés par le collège d’experts de l’institution internationale qui a audité les aéroports camerounais au mois d’avril 2018. Et selon le rapport commis par ces fins limiers de l’OACI, le Cameroun a atteint 70,96% de conformité aux normes OACI en matière de sûreté de l’aviation.

C’est que, entre 2015 et 2018 le Cameroun a pris un train de mesures pour se conformer à cette norme internationale et palier aux déficiences sécuritaires constatées alors par l’OACI. Ainsi, 200 agents opérationnels de sûreté ont été recrutés et formés à la CCAA pour le renforcement des mesures de sûreté dans les aéroports. De plus, plusieurs infrastructures dont des routes de patrouille, clôtures et miradors ont été remises à neuf. Les plateformes aéroportuaires du Cameroun disposent par ailleurs d’équipements de filtrage tels que les guérites d’accès, les scanners, les caméras, sans oublier le tunnel d’inspection par rayon X, tous hautement important avec le contexte sécuritaire planétaire.

« Ce sont de très bonnes nouvelles pour le Cameroun. Si je prends le cas de l’Afrique, la moyenne continentale est de 58%. Notre pays a vraiment progressé. Avec tous les efforts qui sont faits depuis un certain nombre d’années, en particulier à la suite du dernier audit de 2015 », explique Paule Avomo Assoumou épse Koki, la Directrice Générale de la Cameroon Civil Aviation Authority (CCAA).

Une position partagée par Jean Ernest Masséna Ngalle, ministre des Transport et Président du Comité national de Sûreté de l’aviation civile (CNS). « Les résultats positifs ainsi obtenus attestent la reconnaissance par l’OACI que les actions entreprises par le Cameroun pour améliorer la mise en œuvre des normes de sûreté, en particulier à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, portent leurs fruits », a-t-il déclaré. C’était lundi 6 août dernier au terme de la 1ère réunion ordinaire 2018 du CNS. Les résultats de l’audit de 2018, qui s’inscrivent dans le cadre du programme universel de sûreté (Usap) de l’OACI, ont été présentés au cours de cette rencontre. Le satisfecit des autorités camerounaises est d’autant plus prononcé, qu’en ce qui concerne la mise en œuvre effective d’un système de supervision de la sûreté de l’aviation par la CCAA, le Cameroun se situe aujourd’hui à 68,85%  pour contre 51,15 % en 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *