Camdiac, une association sans légitimité

La diaspora camerounaise compte de plus en plus d’associations qui prétendent défendre les droits des Camerounais de l’étranger et parler en leur nom. Parmi ces associations, on peut citer Camdiac (Cameroon Diaspora for Change), créée récemment par un certain Célestin Bedzigui et domiciliée à Washington aux États-Unis. La nature exacte de cette nouvelle organisation comme toutes les autres n’est pas claire. Ainsi, ce mouvement Camdiac et ses fondateurs se défendent d’être une organisation politique en affirmant « qu’ils font de la politique tout en n’étant pas des hommes ou des acteurs politiques » alors même que certains d’entre eux ne cessent d’utiliser le jargon de parti politique dans leurs discours diffusés abondamment sur internet, leur terrain de jeux : « Nous avons pu opérer une hiérarchisation des priorités de l’ère post Biya. Il s’agira d’assurer la stabilité politique, de créer la sécurité et le sentiment de sécurité des personnes et de leurs biens ; de jeter les bases d’une assurance maladie universelle et de créer les conditions d’éradication rapide de nombreuses maladies infectieuses qui empêchent d’utiliser la population dans la bataille du développement économique et social. Il s’agira enfin de créer des conditions propices à l’épargne, au crédit et à l’investissement…».
Continuer la lecture

Le forum de CAMDIAC : quelle crédibilité?

Le 10 juillet dernier, la première Convention de Cameroon Diaspora for Change (CAMDIAC), réunissait près de 200 Camerounais de la diaspora vivant dans la région de Washington aux États-Unis. Organisée par CAMDIAC, la nouvelle association de l’économiste et homme politique, Célestin Bedzigui et ses acolytes, Howard Njeck et Marcel Simé, elle avait pour objectif de « créer un forum de discussion sur la situation politique au Cameroun et le rôle de la diaspora dans les progrès de la démocratie ». Continuer la lecture