Cameroun : les spécialistes des spéculations hasardeuses sont de retour

Depuis les libérations spectaculaires le 24 février dernier de Titus Edzoa et Thierry Michel Atangana emprisonnés depuis près de deux décennies pour détournement de fonds publics, les spéculations vont bon train sur les raisons qui ont motivé le président Biya à prendre cette décision. À l’occasion de la célébration du cinquantenaire de la réunification camerounaise récemment, le chef de l’État camerounais a en effet accordé la grâce présidentielle à un certain nombre de détenus qui avaient écopé de peines de 15 à 20 ans de prison, dans le cadre de l’Opération Épervier notamment. Issa Tchiroma Bakary, le ministre de la Communication, a évoqué lors de la conférence de presse annonçant la signature de ces décrets de commutations et de remises de peine, la magnanimité du président Biya pour justifier cette décision. « Le président, en toute souveraineté, au nom de son peuple, mû par l’humanisme et la générosité, a posé cet acte », a-t-il ainsi affirmé. Continuer la lecture

La grâce présidentielle de Paul Biya : Au nom de l’unité nationale

La diaspora camerounaise de l’Amérique du Nord compte une nouvelle association depuis peu. Basée aux États-Unis, cette énième association baptisée, Le Comité des amis de Marafa (Cam) et qui comme son nom l’indique, est dédiée à la cause de Marafa Hamidou Yaya, vient ainsi s’ajouter à la très longue liste des associations de Camerounais de l’Étranger. Le phénomène n’est pas nouveau. On a l’habitude de ces associations qui affirment vouloir parler au nom de l’ensemble de la diaspora camerounaise et qui disparaîssent aussi vite qu’elles naissent. À la différence des autres, cette dernière prétend agir pour un but bien précis, celui de faire libérer l’ancien secrétaire général de la Présidence camerounaise condamné à 25 ans d’emprisonnement pour détournement de fonds publics. Continuer la lecture